Reconnaissance faciale: Bell veut vous identifier à la trace

Québec, le 27 février 2020. Le journal la Presse nous informe dans un article que le géant Bell aurait suggéré à ses clients Un service  pour surveiller et cibler les personnes qui entrent dans leurs hôtels, épiceries, boutiques, banques, stades ou lieux de travail. 

Sa technologie « haute performance » capte les visages à l’aide de caméras et les compare à « une large banque de données archivées », peut-on lire sur une page du site web de Bell. Cette page en anglais semble non indexée et n’a pas été accessible à partir d’un moteur de recherche.

Bell a refusé d’accorder une entrevue au journaliste de La Presse qui a écrit l’article mais a répondu par courriel qu’elle « ne propose pas de services de reconnaissance faciale en ce moment ». Sa page web a été construite à des fins promotionnelles, pour « déterminer le niveau d’intérêt potentiel de ce service et s’il pourrait être un produit viable », a écrit la porte-parole Caroline Audet au journaliste.

Nos gouvernements attendent quoi?

Le journal nous informe également « La semaine dernière, les commissaires à la protection de la vie privée du Canada ont fait état de leurs « préoccupations croissantes quant à l’utilisation de la reconnaissance faciale » et déclenché une enquête nationale sur l’une de ces technologies, Clearview AI, utilisée par des centaines de corps policiers, dont certains canadiens. »

Les lois et réglementations arrivent souvent trop tard dans les pays démocratiques opéré sur les fondements du droit.  Cependant, ce dossier affecte grandement le risque de chambarder celle-ci et de brimer nos droits et liberté.

Je déclare officiellement que Gorges Orwell n’était pas écrivain de science fiction mais, un visionnaire par son livre 1984.