Le SPVQ a retiré de la rue près de 5000 comprimés de drogue

Dans sa lutte contre la drogue, le service de police de Québec a retiré de la rue 2707 comprimés de Fentanyl et 2000 comprimés de Méthanphetamine.

Des comprimés contrefaits contenant du fentanyl seraient toujours en circulation sur le territoire de la Ville de Québec. Le comprimé bleu, portant l’inscription A-215 et surnommé « la petite bleue », peut être vendu comme étant de l’oxycodone ou une autre drogue. La consommation de fentanyl présente des risques élevés de surdoses et de décès. La Direction de santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale recommande aux consommateurs d’être prudents et d’éviter de consommer cette drogue.

Le 8 juillet dernier, le directeur de santé publique a amorcé une enquête épidémiologique concernant des décès par intoxication. Jusqu’à maintenant, treize cas de surdoses sévères liées à la consommation de fentanyl ont été répertoriés en 2015, dont quatre ayant mené à un décès.

Risques de surdoses liées à la consommation de fentanyl

Le fentanyl est un produit dangereux. À dose comparable, le fentanyl est un opioïde beaucoup plus toxique que l’héroïne et la morphine. L’ingestion, l’injection ou l’exposition topique (peau, muqueuse) au fentanyl peut causer une dépression respiratoire et la mort.

Recommandations

La Direction de santé publique rappelle aux consommateurs qu’ils doivent être prudents envers les risques liés au fentanyl et leur recommande de ne pas consommer seuls, de réduire leur dose, de ne pas le consommer avec d’autres drogues ou de l’alcool et de s’injecter plus lentement.

Il est recommandé de contacter le 911 en présence d’une personne qui a de la difficulté à respirer ou qui respire de plus en plus lentement, qui a les lèvres bleues ou qui est inconsciente, c’est-à-dire qu’il est impossible de la réveiller.

Dans ce dossier, la Direction de santé publique du CIUSSS de la Capitale-Nationale collabore avec le Service de police de la Ville de Québec, le bureau du Coroner, les services ambulanciers, les partenaires locaux ainsi que l’Institut national de santé publique du Québec.

Coronavirus au Canada

Nombre de cas au Canada