La démocratie est-elle une faille de sécurité importante au Canada ?

Au premier jour du vote par anticipation au Canada, une résidente de la ville de Québec s’est présentée dans un bureau de scrutin de Québec le visage recouvert d’un sac.

L’incident s’est déroulé au premier jours de possibilité de voter par anticipation au pays, dans la circonscription de Louis-Hébert, dans le secteur de Cap-Rouge. Selon un témoin, la dame avait le visage recouvert d’un sac de patates. Elle a refusé de dévoiler son visage, mais a produit les pièces d’identité nécessaires.

Richard Lavigne, directeur du scrutin de la circonscription, précise que la résidente a été assermentée comme le prévoit la loi. Elle a ensuite voté avec son visage toujours recouvert du sac.

Il est possible de se couvrir le visage au Canada pendant des manipulations identitaires ou  une demande officiel auprès des autorités.

Le gouvernement conservateur de Stephan Harper en place a bien essayé d’interdire cette façon de faire mais à chaque fois il s’est fait remettre à sa place par le système judicière du pays.

La justice canadienne ouvre t-elle une faille de sécurité importante au pays?

 

Le vote à visage couvert permis

Selon Élections Canada, si un électeur dont le visage est couvert se présente pour voter et ne souhaite pas se découvrir le visage, le scrutateur l’avisera qu’il doit présenter deux pièces d’identité autorisées – au moins l’une d’elles portant l’adresse actuelle de l’électeur, puis prêter serment pour attester sa qualité d’électeur. S’il consent à présenter des pièces d’identité et à prêter serment, le fonctionnaire électoral suivra les procédures de vote habituelles.

L’électeur qui refusera de se découvrir le visage, de présenter deux pièces d’identité et de prêter serment ne pourra voter.

Coronavirus au Canada

Nombre de cas au Canada