La famille qui a sauté du 4ième étage veut obtenir réparation de la ville

L’avocat de québec Guy Bertrand, qui représente la famille qui a sauté du 4e étage d’un immeuble de Charlesbourg pour échapper à un incendie le 6 janvier, vient de faire parvenir une mise en demeure à la Ville de Québec.

Maître Bertrand mentionne vouloir obtenir « réparation pour tous les dommages subis par nos clients suite aux fautes commises par vos préposés au cours de leur intervention. » Il est toutefois encore trop tôt, souligne-t-on, pour évaluer le montant de la réclamation, puisque la mère notamment est encore hospitalisée.

La famille tient la Ville responsable des « dommages corporels, physiques et psychologiques » et de « toutes pertes pécuniaires ou non pécuniaires » qui découlent des événements.

La mise en demeure demande réparation pour les trois membres de la famille qui ont dû sortir de leur logement en flammes par la fenêtre, soit la mère, Nathalie Chicoine, son garçon Jason, et son conjoint, Claude jr Gignac.

La requête vise aussi la mère de Nathalie, Lucina Collin, et son frère, Guy Chicoine, qui ont subi eux aussi « plusieurs préjudices personnels et psychologiques ». Mme Collin assure la garde de son petit-fils depuis l’hospitalisation de sa mère.

La mise en demeure blâme principalement les pompiers pour avoir été incapable de déployer la grande échelle en raison d’un bris mécanique et pour l’absence de solution de rechange pour évacuer les trois résidents. Les résultats du rapport d’expertise sur le camion sont toujours attendus.

La famille critique aussi le délai d’intervention. Selon les victimes, les pompiers ont « fait preuve d’incurie en omettant d’intervenir rapidement et plus efficacement alors que la caserne de pompiers est située à quelques mètres du lieu de l’incendie ».

La mère toujours hospitalisée

Nathalie Chicoine, qui a subi d’importantes blessures, est toujours hospitalisée, mais elle va mieux, selon son frère qui la visite chaque jour. Mais la guérison sera encore longue.

« Nathalie se porte un peu, beaucoup mieux. Les pronostics sont bons. Elle va être quelques mois sans marcher, la réadaptation va commencer bientôt. Là, c’est le côté moral. Il faut soigner les blessures psychologiques. Elle se souvient très bien de ce qui est arrivé, pis elle a de la misère… », raconte Guy Chicoine.

Le conjoint de Nathalie a pour sa part été blessé sérieusement au dos. Seul l’enfant n’a subi que de légères blessures. Toutefois, il est suivi de près par le psychologue de son école.

L’enquête est toujours en cours sur la cause de l’incendie qui s’était déclaré vers 5 h du matin dans un immeuble de 24 logements de la rue des Cyprès.

Source: ici.radio-canada